Les 10 choses à faire pour entamer la rentrée du bon pied !

Hello les Sboons,

Je suis heureuse de vous retrouver après un temps d’absence assez significatif et espère avoir le temps de reprendre mes petits blablas réguliers par ici cette année. Je reviens avec un sujet d’organisation qui, j’espère, m’aidera autant que vous à reprendre cette année de façon positive dès la semaine prochaine.

Je ne sais pas pour vous, mais l’année écoulée n’a pas été simple du tout à gérer. Les restrictions successives imposées par le gouvernement, le distanciel dans le travail et l’arrivée en thèse (ce monde si particulier où tu découvres que tout ce que tu croyais savoir jusqu’alors sur tes méthodes d’organisation est bon à jeter à la poubelle…) ont rendu l’année assez ardue et décousue. En discutant autour de moi, je me rends compte qu’il s’agit du lot d’un très grand nombre d’entre nous. Alors pas question de se laisser abattre, je vous livre ici les 10 choses qui m’ont aidée à me remettre en selle pour attaquer du bon pied.

1 – S’offrir de quoi écrire et planifier tout au long de l’année

Le premier – que dis-je, les premiers ! – outils qui me sont indispensables au quotidien pour réfléchir, planifier, noter mes idées… Ce sont bien évidemment des éléments de papeterie. Carnets, stylos, agendas, et même stickers, crayons, feutres, et autres joyeusetés (coûteuses, je concède…) pour les plus accros d’entre nous m’accompagnent fidèlement chaque année. Cela fait maintenant des lustres que je ne fais plus de rentrée des classes accompagnée par ma chère et tendre mum pour acheter cahiers, stylos, trousses, cartables, sacs, agendas, et tutti quanti, activité qui me réjouissant chaque été et que j’attendais toujours avec impatience. Mais la tradition continue, à ma manière ! J’adore dénicher de nouveaux objets de papeterie pour enrichir mon set personnel et repartir avec de nouveaux carnets d’organisation qui seront utilisés dans l’année. Je veille à inscrire à l’intérieur de chaque carnet l’endroit où je l’ai trouvé, la carte de visite éventuelle de ladite papeterie, et la date de l’achat. C’est un souvenir super agréable, une dépense utile, et qui dure toute l’année en ramenant un peu de soleil quand les choses se corsent pendant la période hivernale…

Pour ma part, alors que l’année dernière j’avais opté pour un agenda standard de petite taille que j’emmenais absolument partout avec moi de la marque Marc’s Inc, je suis retournée au bon vieux bullet journal cette année pour plus de flexibilité et pour me laisser la possibilité de créer mes propres pages selon mes besoins. Je reviendrai une autre fois de façon plus détaillée sur les méthodes d’organisation que j’utilise dans ces carnets, mais je vous laisse au moins ici une petite sélection des marques que j’A-DORE trouvables sur internet, et des quelques chouettes boutiques dont j’ai croisé le chemin cet été. N’hésitez pas à vous perdre dans les différentes rubriques des sites pour trouver votre bonheur !

La papeterie Papier Tigre, pour leurs carnets originaux et la qualité de leur papier : https://www.papiertigre.fr/fr/

La papeterie Rifle Paper & Co, pour leur planners incroyables et leurs accessoires à tomber : https://riflepaperco.com/

La papeterie Season paper, pour leurs carnets que j’utilise moi-même au quotidien : https://www.seasonpapercollection.com/fr/

Les agendas Mark’s Inc, mes préférés pour m’organiser lorsque je n’utilise pas de bullet journal, sur le site La Collection : https://www.la-collection.com/

L’e-shop de loisirs créatifs La Petite Epicerie où vous trouverez de tout à tous les prix si vous aimez chiner et fouiller en ligne : https://la-petite-epicerie.fr/fr/

Et en boutiques physiques à Paris : la papeterie Papier Tigre au 5 rue des Filles du Calvaires en plein cœur du Marais, la librairie papeterie Lamartine pour du haut de gamme au 118 rue de la Pompe dans le 16e, ou encore la papeterie du BHV ou celle du Bon Marché. Pour les plus petits budgets, n’hésitez pas à faire un tour du côté des boutiques Hema ou Muji, dans lesquelles on trouve aussi beaucoup de pépites et à des prix bradés !

2 – Faire un bilan : d’où l’on vient, où l’on va

Impossible de démarrer du bon pied sans se demander vers quoi nous souhaitons aller. Vous souvenez-vous de cet échange célèbre entre Alice et le chat dans Alice au pays des merveilles ?

Voudriez-vous me dire, s’il vous plaît, par où je dois m’en aller d’ici ?
– Cela dépend beaucoup de l’endroit où tu veux aller.
– Peu importe l’endroit…
– En ce cas, peu importe la route que tu prendras
.

Pour ne pas arriver là où vous n’aviez en réalité jamais voulu mettre les pieds et prendre le bon chemin, vous devez impérativement connaitre votre destination. Je trouve personnellement plus simple de commencer par déterminer l’arrivée avant de vous demander où vous êtes actuellement sur la carte, puis comment vous y rendre le plus facilement et rapidement possible.

Choisissez le but qui donne un sens à votre vie. Ne réfléchissez pas en termes de possibles mais en termes d’envies. Ne vous limitez pas d’avance. La situation que vous imaginez peut être celle dans laquelle vous vous voyez dans 10 ans, 5 ans… Ne descendez pas en dessous d’un an puisque c’est à cette échelle que vous cherchez à planifier votre année. Cette destination sera ensuite décomposable en trimestres, mois et semaines pour vous aider à organiser toute l’année. Ne le perdez pas de vue : visez grand et spécifique, et notez le à un endroit où vous l’aurez régulièrement sous les yeux, car autrement il sera vite perdu de vue dans le tourbillon du quotidien. Notez également le pourquoi vous tenez à atteindre ce but : c’est la motivation qui devra rester bien présente dans votre esprit !

Une fois cela fait, demandez-vous où vous vous situez actuellement. Comment vous sentez-vous ? De quoi êtes vous fiers ? Quelles sont les bonnes habitudes que vous avez déjà mises en place ? Les mauvaises à éradiquer (attention, une à la fois, mais nous y reviendrons plus tard dans un article plus détaillé) ? Le bilan du carnet VIE de Margaux (@Margauxstips sur Instagram) m’a beaucoup aidée dans cet exercice en découpant le bilan en plusieurs catégories : vie familiale, vie amoureuse, vie sociale, sentiment d’utilité, carrière, revenus financiers, gestion des finances, passions, expériences de vie, évolution personnelle, liberté, équilibre de vie, santé mentale et santé physique. Il y a autant de catégories que de domaines qui importent pour vous, mais cela constitue une très bonne base de départ pour se poser ces questions. Jetez un œil à son compte Instagram, c’est une mine d’or pour ce sujet particulier !

Le carnet VIE à retrouver sur la boutique de Margaux (une nouvelle édition est prévue pour la fin d’année !) juste ici.

Enfin, l’étape finale consister à se demander comment relier ces deux points établis : soit par catégorie, soit vers un seul but fixe. Construire son propre plan d’action réaliste jour après jour en se notant régulièrement ses petites victoires et en l’envisageant à l’échelle d’une année, en le posant sur la papier, permet souvent de faire des calculs plus réalistes qu’à vue de nez. Ne soyez pas trop gourmand : souvenez-vous que vous avez l’année pour vous consacrer à ce chemin et que vous ferez régulièrement des pauses pour constater votre avancer et recalibrer votre parcours. Une habitude après l’autre : mon but est par exemple de me donner des petits challenges réalisables toutes les semaines – ce sera l’occasion d’en partager certains avec vous cette année par ici 🙂

3 – Se noter quelques objectifs d’expérience personnelle à atteindre cette année, hors travail

Je vous vois venir. Au terme de votre bilan, vous aurez sûrement noté des objectifs physiques, de réussite dans le travail, d’accomplissement de tâches plus ou moins faramineuses… Et j’ai toujours pensé qu’il était très positif de voir grand (vous savez, c’est en visant la lune qu’on atteint les étoiles !). Mais n’oublions pas non plus les plaisirs du quotidien et les expériences un peu folles dont on se souvient toute une vie (entre un voyage en Alaska ou un dîner dans un restaurant étoilé, et des séances de pilates hebdomadaires, de quoi êtes-vous le plus sûr de vous souvenir dans 10 ans ?).

En bref, le quotidien est extrêmement important pour porter nos objectifs à long terme, il est essentiel pour notre santé mentale car c’est avec lui qui nous passons le plus de temps, mais ce n’est pas ce qui reste toujours le plus en mémoire ou ce qui donne le plus de souvenirs après coup. Alors n’oubliez pas de vous fixer une petite liste de choses fancy à faire cette année : un voyage, un atelier créatif, une sortie dans un restaurant que vous avez envie de tester depuis longtemps, la tenue d’un blog, la création de recettes de cuisine, une réalisation artistique, l’organisation d’une réunion de famille sur un week-end… que sais-je, quelque chose qui vous sorte de vos objectifs quotidiens certes importants mais qui ne vous aideront pas à sortir la tête de l’eau pour prendre du recul et aussi profiter des autres choses de la vie !

4 – Identifier les habitudes que l’on souhaite mettre en place

Nous avons tendance à nous concentrer sur le négatif de nos vies plutôt que sur le positif existant. Nous réfléchissons en termes de besoins, de ce qu’il serait bien de faire, de ce que vous voudriez accomplir dans l’idéal… Cependant, gardez en tête que :

L’homme ou la femme parfait(e) n’existe pas : il vous faudra choisir parmi toutes les habitudes que vous penseriez bonnes dans l’absolu celles qui auront les conséquences les plus positives et directes sur vous, compte-tenu de votre vie et de vos objectifs. Pour chaque habitude envisagée, demandez-vous quel impact celle-ci aura réellement sur votre vie, et comment vous en sortiriez-vous sans elle. A titre d’exemple : j’aimerais passer plus de temps chaque jour à m’occuper de ma maison, et renforcer mes entraînements sportifs. Dans le premier cas, en y réfléchissant plus assidûment, je me rends compte que mon foyer n’est pas si mal entretenu, que quelques rangements supplémentaires ne changent finalement pas la donne, et que passer 2h à faire le ménage le dimanche pour toute la semaine suffit amplement : je peux donc passer à autre chose et arrêter de remplir ma to-do list avec des tâches ménagères quotidiennes qui me mangent du temps, mais ne m’apportent qu’en apparence (l’impression d’être occupée, d’en faire plus, la satisfaction de voir une longue liste se rayer facilement… alors que ce n’est pas l’essentiel et que ce n’est pas ce qui m’aidera à atteindre mes objectifs personnels !). En revanche, pour les entraînements sportifs, le résultat est beaucoup plus probant : me sentir énergique, m’accompagner dans mon équilibre alimentaire, voir mon corps se tonifier, avoir plus confiance en moi… Il s’agit définitivement d’une habitude que je veux adopter et sur laquelle je dois me concentrer !

En moyenne, il faut 2 mois de répétition pour qu’un nouveau comportement devienne une habitude. 2 MOIS ! C’est dire s’il faut s’accrocher et ne pas lâcher pendant ce laps de temps qui parait parfois interminable. Mais ne perdez pas espoir, le corps humain est résilient. Si d’autres l’ont fait, alors vous le pouvez aussi. Cependant, il serait contre-productif de courir deux lièvres à la fois. C’est pourquoi ma recommandation est de ne pas tabler sur plus de 3 nouvelles habitudes à mettre en place durant l’année. De vrais changements prennent du temps pour s’inscrire sur la durée et se construisent petit à petit. Vous aurez plaisir à vous challenger sur une semaine ou plus pour petit à petit construire vos nouvelles routines, mais ne brûlez pas les étapes. Voyez grand pour chaque, mais petit en nombre : vous éviterez ainsi une source d’éparpillement et, partant, de découragement alors que vous êtes capable au même titre que les autres, il suffit simplement de ne pas s’y prendre comme un manche et… d’être patient !

5 – Se créer des routines du matin et du soir réalistes pour les jours travaillés

Les jours de travail passent généralement à toute vitesse et ce sont souvent ceux où nos listes de choses à faire s’accumulent sans que nous parvenions à en réaliser suffisamment pour se sentir productif (encore ce biais de dévalorisation personnelle à l’action…).

Sans avoir la prétention de tout régler, établir une routine du matin et du soir, aussi simple soit-elle, permet de limiter les dégâts et de toujours garder le sentiment de préserver du temps pour soi sans se faire envahir par l’extérieur.

Personnellement, j’aime intégrer une bonne habitude durant ces moments-là, à laquelle je n’ai plus besoin de réfléchir puisqu’elle est entrée dans ce « protocole » que je n’ai plus qu’à suivre sans me poser (trop) de questions.

YouTube est une mine d’or d’inspiration pour réfléchir à quoi faire et dans quel ordre. Mais ne vous méprenez pas : la routine parfaite est celle qui vous convient en fonction de vos obligations. Oubliez le lever à 6h du matin pour aller courir si vous avez des enfants en bas-âge, et ne vous culpabilisez pas pour ça ! Garder 20 minutes bloquées de lecture, le matin ou le soir, ou de sport à la maison, de médiation, de journaling ou de marche à l’extérieur peuvent suffire à vous rapprocher de vos objectifs et à prendre du temps pour vous. Pourquoi ne pas envisager 15min pour une routine de soin (et prenez garde ! Que personne n’entre dans la salle de bain pendant votre temps réservé !), pour trier vos pièces de puzzle le soir, ou pour écouter un podcast pendant que vous vous préparez un bon petit-déjeuner nutritif… Commencez simple avec quelque chose qui vous fait plaisir pour ensuite, si vous le voulez, y ajouter d’autres petites activités. Gardez en tête qu’il doit s’agir d’un bon moment qui vous fait du bien, car il s’agit des premiers pas effectués dans votre journée ou au contraire de la dernière impression que vous en garderez avant de vous coucher… En somme, des plages horaires précieuses qui peuvent changer beaucoup à votre humeur générale et à vos petites victoires quotidiennes.

6 – Faire son budget

Ah, la question qui fâche… Oui, mais c’est indispensable pour ne pas se générer du stress tous les mois ! Alors à vos carnets et stylos, c’est parti pour gérer ses finances.

Commencez très logiquement par noter votre revenu fixe mensuel qui tombe net sur votre compte bancaire.

Comptabilisez les dépenses obligatoires qui tombent tous les mois : loyer, EDF, taxes diverses, mutuelle, assurances, téléphonie, internet, transports, frais bancaires… Regardez votre relevé de compte pour vous rendre compte de ces dépenses auxquelles vous ne pourrez pas échapper tous les mois.

Passez ensuite aux dépenses qui ne sont pas dans l’absolu obligatoires mais qui vous apparaissent incontournables dans votre quotidien car vous avez sciemment fait le choix de dépenser pour cela : abonnements divers (Netflix, Spotify, salle de sport…), services d’aide à la maison, esthétisme, alarme au domicile, activité sportive ou artistique…. Ces choses qui reviennent tous les mois par choix (ou peut-être par oubli, et dans ce cas il est temps de résilier ce qui n’est plus nécessaire !) et que vous oubliez régulièrement de comptabiliser à l’avance. Soyez honnête avec vous-même : l’on a souvent tendance à minimiser ces sources de dépenses qui, pourtant, peuvent vite faire la différence dans la balance !

Me direz-vous, nous n’avons pas encore parlé du budget nourriture : c’est normal, c’est parce qu’il est parfois flexible ou difficile à établir. Selon que vous vivez seul ou en famille, que vous recevez beaucoup, que vous avez le temps de préparer à manger ou pas… Les mois peuvent se suivre sans se ressembler. L’on a souvent tendance à trop dépenser dans l’alimentation : la preuve en est du gâchis alimentaire énorme compatibilisé tous les ans en France… Alors il est peut-être temps de réfléchir et de voir si cette partie du budget nous correspond. Et si non, de quelle façon serait-il possible de réduire les frais ? Je n’inclus pas ici les sorties restaurants exceptionnelles ; je comptabilise cependant les déjeuners à l’extérieur si c’est une réelle habitude pour vous ne pas emmener votre gamelle au travail. Cuisinez-vous maison ? Avez-vous envie de moins consommer de produits industriels ? Avez-vous l’impression de payer des paniers de courses très chers et de pourtant régulièrement jeter de la nourriture ? Le budget alimentaire se travaille. Prendre conscience de ses dépenses actuelles et commencer à y réfléchir un petit peu tous les mois est un très bon cheminement. Je vous conseille donc d’établir une moyenne de ce que vous pensez réellement dépenser (aidez vous de vos relevés de compte !) et, si cela est important pour vous (ça l’est pour moi alors je vous en parle !), de commencer à garder vos tickets de caisse de toutes les dépenses alimentaires de septembre – idem jusqu’en décembre pour vous faire une idée moyenne de comment vous avez l’habitude de gérer. Attention, même la baguette de pain du boulanger doit être prise en compte (imaginez une baguette par jour… c’est déjà 40€ par mois dans le budget !).

Enfin, essayez, dans la mesure du possible, de garder un fond de roulement pour les extras, les sorties, les plaisirs inopinés qui font de la vie ce qu’elle est. Des sorties entre amis, des cadeaux d’anniversaire… le quotidien est jalonné de sources de dépenses « imprévisibles » mais pas tant que ça qui peuvent être classifiées dans « autre ».

Arrive enfin l’épargne : il est toujours bon de savoir épargnez tous les mois. Même si vous n’avez pas le sentiment d’en avoir besoin, savoir gérer un budget passe par la capacité à ne pas être tendu comme un string à chaque fin de mois pour être tranquille dans sa tête. Vous avez besoin d’une source de motivation ? Référez vous aux objectifs hors travail établis au point n°3 pour vous motiver et garder en tête pourquoi vous souhaitez mettre de côté : cela évitera de dépenser pour tout ce qui vous tombe sous la main (parole d’une shopping addict qui explose le budget tous les mois, croyez-moi…).

7 – Trier son dressing

Mesdames, vous êtes les premières concernées par cette étape indispensable si comme moi vos placards débordent de toutes ces « pépites » que vous avez chiné un peu partout tout au long de l’année. J’y reviendrai probablement plus tard mais un de mes gros objectifs cette année est de réduire drastiquement ma consommation de vêtements… Et il y a du boulot ! Influencée par les réseaux, tentée dans les boutiques, remplissage du temps où « je sortirais bien faire un tour ! », besoins créés de toute pièce par ce qu’on voit autour de nous et on a vite fait d’oublier ce qu’on possède déjà… Bref, je confesse avoir un placard qui déborde et qui aurait bien besoin d’un bon gros tri. Et quand je dis tri, j’y ajoute évidemment l’adjectif honnête ! Exit les « on ne sait jamais… », les « j’ai payé trop cher » ou les « mais c’est X/Y/Z qui me l’a offert ! ». Je ne suis cependant pas pour tout bazarder et, après avoir passé ma période Marie Kondo pour le désencombrement (qui au demeurant continue de me servir de boussole, si vous ne connaissez pas je vous conseille vivement cette lecture !), je suis plus raisonnable et essaie d’envisager le futur avec certaines pièces qui ne me tentent peut-être plus sur le coup mais restent très confortables et avec un joli porté, et qui ont donc encore du potentiel à exploiter.

Avant tout, fixez vos propres critères de tri : avez-vous souvent envie de vous habiller de façon élaborée pour sortir ? Avez-vous beaucoup d’occasions de vous mettre sur votre 31 ? Avec des styles qui sortent de l’ordinaire ? Êtes vous beaucoup au travail avec des tenues imposées ? Pour moi, la règle n°1 est de me sentir confortable, quel que soit le style ou l’occasion visée. Si je ne suis pas confortable, je sais d’emblée que je n’aurai pas envie de porter la pièce, aussi jolie soit-elle ! Et surtout, que la pièce me mette en valeur, et que je sache avec quoi la mettre : il faut au moins qu’elle aille avec une tenue complète et qu’elle ne soit pas isolée dans le placard…

Une fois le tri effectué, un deuxième tri s’impose : ce qui se recycle (les bornes en ville sont faites pour ça !), ce qui se donne (chez Emmaus, dans un foyer près de chez vous…) et ce qui peut être vendu facilement. Je ne m’embête jamais avec les toutes petites pièces sans valeur ajouté et me concentre sur les pièces de marques connues et de coupe tendance pour les mettre sur Vinted : au moins, pas de complications inutiles et je suis assurée qu’elles partent vite !

Laissez le sac à vendre de côté et planifiez dès maintenant un moment réservé pour vous en occupez – vous n’avez pas forcément à faire ça tout de suite, le tout est d’y penser et d’avoir déjà réalisé le tri en amont.

Tout est ainsi plus accessible pour la rentrée et cela a l’avantage de vous faire faire un tour général de tout ce que vous avez déjà… et peut-être de remettre au goût du jour certains achats que vous auriez laissé de côté avec le temps !

8 – Trier ses photos et réaliser quelques tirages

2500. C’est le nombre de photos en vrac que j’avais dans mon téléphone jusqu’à la semaine dernière qui trainaient attendant que je m’y colle par je ne sais quelle grâce du ciel pour libérer de l’espace sur mon téléphone et me remémorer tous ces souvenirs accumulés. Et je me doute que cela n’est rien comparé à certaines d’entre vous !

Alors on se retrousse les manches, et on trie pour faire place neuve. Personnellement, je préfère tout trier sur mon téléphone en amont car tout est organisé de façon super simple. Je me crée des albums dans lesquels je déplace mes photos (amis, famille, Troyes, Marseille, restaurant, moi…) et je jette ce qui n’a aucun intérêt (divisez le nombre initial par deux chez moi !). Comme ça, lorsque j’effectue le transfert sur mon ordinateur ensuite, tout est déjà trié en dossier et je peux les transférer tout de suite sur mon disque dur externe !

Surtout, c’est beaucoup plus simple pour mes impressions. Je passe systématiquement par Cheerz car je trouve que l’application est super pratique, instinctive, et propose plein de modèles différents. Le tri par dossier me permet de ne pas imprimer trop de photos du même évènement et d’en laisser de côté par oubli. J’adore ensuite ressortir les tirages d’une année pour me remémorer le temps passé, et bien souvent j’en tire un sentiment très positif car je me rends compte que j’ai finalement réalisé beaucoup plus de choses que ce que ma mémoire pouvait supporter !

9 – Réaliser un gros ménage de printemps dans son appartement

Ah ! Le ménage et le rangement. Quoi de mieux pour faire le tri dans son esprit et se sentir au clair et à l’aise dans ses baskets ! Personnellement, j’adore passer du temps à la maison et j’ai toujours beaucoup de plaisir à m’occuper de mon chez-moi. Et puis par la force des choses, la thèse est un travail qui m’amène bien souvent à travailler depuis la maison… Alors vous imaginez bien le plaisir que j’ai à prendre soin de mon environnement. Qui n’a jamais eu la tentation de ranger plutôt que de travailler pour pouvoir ensuite procéder de façon organisée ?

Alors il est temps de tout passer en revue. Pour vous donner un ordre de marche, j’adore me laisser une grosse matinée pour tout remettre en ordre. Je me lève tôt, je me sers une grande tasse de thé et c’est parti ! On commence ouvrir grand toutes les fenêtres pour aérer, et par s’occuper des linges de lit et de salle de bain : tout part à la machine. Pendant ce temps là, je range tout ce qui traine au bon endroit. Puis je fais les poussières sur mes tables de chevet, le dessus de lit, les tables basses, l’étagère du salon, la table de la salle à manger et le piano. Je remets tous les livres de ma bibliothèque à leur place, idem pour mes partitions. J’attaque ensuite les plans de travail de la cuisine un à un en rangeant ce qui traine un peu partout. Je fais un point dans mes placards de nourriture pour rapidement me mettre en tête ce que j’ai déjà. Je nettoie tous les sols à l’aspirateur puis à la serpillère. Il est généralement l’heure d’étendre le linge dans le salon en ouvrant grand la fenêtre et de relancer une machine au besoin. J’astique toutes les fenêtres, ce qui me fait généralement finir en sueur… je finis par les toilettes et enfin les sanitaires en même temps que je me prends une bonne douche ! Comme ça j’allie l’utile à l’agréable pour la fin du parcours. Je ressors toute propre avec ma tête bien vidée, l’envie de me faire un bon déjeuner avant d’aller me balader l’esprit libre et tranquille !

Bien sûr, le tout en musique ou avec un podcast. Mieux encore si vous avez un partenaire de ménage de printemps, à deux c’est toujours plus sympa ! Samedi j’ai justement ma maman qui débarque chez moi pour m’aider à tout ranger avant qu’on ne sorte se promener et déjeuner dehors pour passer le reste de la journée en duo mère-fille. Eh oui, ça aussi, ça fait des souvenirs !

10 – Se garder un week-end chez-soi pour faire les choses qu’on aime et voir nos proches avant la reprise

Le plus important probablement… Après ce gros ménage, gardez un temps pour vous pour faire exactement ce dont vous aurez envie avant la reprise. Ne rien faire, bouquiner, aller se promener, prendre un café, remplir le frigo (gardez la note pour le budget !) et cuisiner, voir des amis… Bref, prenez le temps de prendre le temps avant d’attaquer la rentrée à 1000 à l’heure, vous le méritez bien ! Et je garderai évidemment 1h30 dimanche soir pour planifier ma semaine sur mon bujo déjà mis en place pour la rentrée afin de m’endormir l’esprit tranquille avant le premier réveil de lundi… !

J’espère que vous aurez pu piocher quelques idées là-dedans sans pour autant vous mettre la pression : souvenez-vous, un pas après l’autre, rien ne sert de courir il faut partir à point !

Je vous embrasse et vous souhaite surtout une belle et agréable rentrée ✨

2 commentaires sur “Les 10 choses à faire pour entamer la rentrée du bon pied !

  1. Un article super complet qui m’a motivée pour la rentrée ! J’ai déjà envie de faire le plein de carnets et stylos pour essayer de structurer un peu mieux mes journées car j’ai toujours l’impression de ne pas avoir le temps alors que j’en ai plein mais que je l’utilise très mal 😋 Merci pour tous ces supers conseils ❤️

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s